Marina Tsvetaeva, écrivain et poète russe


Ne jamais succomber aux folies monstrueuses collectives, tel semble être le souffle de vie et de création de Marina Tsvetaeva, poète russe reconnue bien après sa mort comme un des plus grands écrivains russes du XXème siècle ; bien que la pulsion d’amour reste, pour elle, la stimulation la plus extraordinaire pour écrire.

Troupeau de brebis, Fête du Couserans, Saint Girons, été 2014

Troupeau de brebis, Fête du Couserans, Saint Girons, été 2014

Ne supportant plus son existence et les horreurs de ses contemporains qu’ils soient français ou russes, elle écrit : « Il y a de moins en moins de moi en ce monde, comme un troupeau qui laisserait un peu de laine à chaque haie. Il ne me reste que mon fondamental refus. » Extrait de « 7 femmes » de Lydie Salvayre aux éditions Perrin.

Je découvre cette poète et écrivain russe ; ses écrits semblent talentueux et extrêmement forts. Pointus. Embrasement de l’âme. Sur le qui-vive. Débordement. Abnégation. Solitude du poète.

Cet extrait est à propos des événements internationaux qui rendent presque odieux cet été 2014. Combien de Marina Tsvetaeva qui rejette les pouvoirs en place et résiste dans le désarroi et l’indifférence la plus mécréante….en Irak, à Gaza, en Israël, en Syrie, au Mali…et j’en oublie. Alors : Il y a de moins en moins de moi en ce monde, comme un troupeau qui laisserait un peu de laine à chaque haie. Il ne me reste que mon fondamental refus. »

Frédéric Bargeon

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s