Pensée du vingt-trois avril


Des rails et des trames, Châtillon, Avril 2014, FredBargeoN

Des rails et des trames, Châtillon, Avril 2014, FredBargeoN

« L’illusion nourrit le candide ; dans son honorable espérance, il croit, fermement, que la vie est une multitude de possibilités. Rien à voir avec l’arithmétique. Ni la géométrie dans l’espace. Non. Le candide est habité par cette croyance irréductible que le monde peut changer. Le monde ne change pas. Et le candide s’effrite. Peu à peu. Au gré des effarantes réalités que le monde expose. Avec fierté. Avec conviction. Le monde est âpre. Et le malheur du candide est de s’en rendre compte. Et de savoir, dans sa perception si singulière, que c’est une réalité irréversible.« 

Frédéric B.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s