Pensée du vingt-sept mars


"Frida et moi" Hall de Beaubourg, janvier 2014, FredBargeon

« Frida et moi » Hall de Beaubourg, janvier 2014, FredBargeon

« Un monde inspiré et agité par l’argent-roi, le sexe sans émoi, le plaisir immédiat et les exploits narcissiques est un monde en sursis ; il vocifère et se tortille au ras des pâquerettes, gesticulant et se battant comme des mouches à merde pour s’envoyer un bout d’étron. C’est assez étonnant cette fascination pour la boîte à caca et tout ce qui en sort, boîte de Pandore d’un autre genre. Et ce monde est si proche du trou du cul de la connerie qu’il est fin prêt à être aspiré, corps bandé et arqué, comme un gros gland turgescent dans un grand SChlurps ! Quelle mascarade merdeuse ! »

Frédéric B.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s