Pensée du jour dix sept mars


Baudelaire dans l'intimité d'une soirée, Montrouge, FredBargeoN

Baudelaire dans l’intimité d’une table, Montrouge, FredBargeoN

« Dans un amalgame mystique, les mots s’accouplent ; ils  offrent, dans leur union d’encre indélébile, un murmure musical. Qu’ils soient beaux, simples, anodins, compliqués, dans leurs assemblées de phrases successives et narratives, ils apaisent l’âme ; nourrissent le cœur et injectent dans la tête un terreau d’imageries et de symboles, précieux en ces temps si matérialistes. Si éphémères. Si vaporeux de matières jetables. On peut mâcher des phrases un nombre de fois incalculable, triturer les pages d’un livre et le trimbaler partout, il restera là impassible, corné et peut être graisseux mais son contenu ne bougera pas d’un tréma. Les mots sont presque intemporels et pourtant ne se revendiquent pas dieux immortels.« 

Frédéric B.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s