Pensée du jour vingt sept février


Elle pèse, FradBargeoN

Elle pèse, FradBargeoN

« La solitude n’est pas ce fardeau dont la société nous rabâche les oreilles et nous pollue la tronche ; la solitude n’est pas un poison comme elle veut bien nous le faire croire. Et il y arrive, la salope ! Si elle est un poison, il n’est mortel que pour ses racines consuméristes. Car la véritable solitude n’est pas une tare, la solitude est cet interstice entre les autres, son image sociale et soi, ce soi si profond, si camouflé sous l’humus des règles, des contraintes, des morales et autres lois et modes culturelles qui régissent le « vivre ensemble ». S’épancher de temps à autre, quand chacun le ressent, dans une parenthèse solitaire est source d’apprentissages et de réflexions. De connaissances. Non, la solitude n’est pas une ennemie à combattre. Elle n’est pas un attentat psychique. Elle peut nous rendre plus aptes à vivre avec l’autre. En profondeur et non en surface d’apparat. La solitude dont parle la société est la solitude qu’elle se complaît à produire, une solitude de l’égo frustré et capricieux, une solitude d’enfants gâtés, une solitude qui castre ; alors l’être seul ira calmer ses angoisses avec sa carte bleue. Quelle salope d’ainsi créer un amalgame, terrifiant amalgame. »

Frédéric B.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s