Pensée du jour vint et un février


Tranquille poubelle, Montrouge, FredBargeoN

Tranquille poubelle, Montrouge, FredBargeoN

« Parfois, il n’y a strictement rien à dire ; tout à été déjà dit, répété, ressassé, ingurgité et régurgité, mâché et rabâché, trituré et déformé, inutile d’en rajouter ; alors on reste, là, bien calé dans un lit, la bouche fermée ; le regard s’évade au loin et on goûte à cet instant rare où le rien devient délicieux, où les doigts sont libres de danser dans l’air, sans stylo. État de conscience en paix.« 

Frédéric B.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s