2012, millésime créatif


Avoir tué le Mouton Noir est libérateur. Salvateur. Quelques semaines après son enterrement discret au Père Lachaise et le dépôt de ses cendres dans une minuscule boîte en métal à l’effigie des petits beurres bretons, me voilà léger, aérien, joyeux, ouvert, optimiste – pas tous les jours, il va de soit, une question de soleil qui refuse de faire une apparition concrète et durable dans le ciel parisien depuis bientôt six semaines – gorgé d’une énergie nouvelle.

Récemment, j’ai proposé ici même, un extrait de chapitre d’un roman que je pensais, sincèrement, ne jamais achever. Les quelques réactions positives m’ont fait réfléchir. Sérieusement. J’ai du temps, je suis amoureux des mots, j’ai des montagnes de réflexions à partager alors, je me lance. Grâce à vous – les bienheureux se reconnaitront – et mon envie de vivre, peut être, l’expérience grisante, étrange, exceptionnelle, d’être édité, de voir aboutir en livre relié, avec mon nom sur la couverture – pointe d’orgueil – le fruit d’un travail de longue haleine et de solitude précaire. Je me suis lancé un défi. Défi majeur. Je le partage avec vous. Témoins d’une décision importante dans une existence. En me regardant dans un miroir, j’ai exprimé à mon reflet, mon double inversé, qu’à la fin de l’année 2012, mon manuscrit serai terminé et envoyé à quelques maisons d’édition, pour certaines bien implantées dans la place !

Voilà, un engagement moral doit être respecté. Vis à vis de moi. Vis à vis de vous. J’ai déjà achevé 3 chapitres et demi. J’écris avec une certaine lenteur. J’ai le souci du rythme et de la musicalité des phrases. De plus, je préfère un roman dense, court qui va à l’essentiel qu’un roman qui divague trop. Ces contraintes nécessitent de passer un certain temps, répétitif, sur chaque phrase. La perspective m’excite vraiment !

Parallèlement, je peins. Le hasard d’une rencontre. Je ne rentrerai pas dans les détails car ce n’est pas, ici, le propos. Quelqu’un m’a dit d’acheter une toile et des tubes de peinture. Je ne sais pour quelles raisons intérieures j’ai écouté cet inconnu mais toujours est-il que le lendemain, je me rendais, pour la première fois, dans un magasin de fournitures artistiques.

Le néant du blanc de la toile, les couleurs à étaler, le plaisir à toucher la matière, à déconnecter mon cerveau ont été des surprises. Je n’avais jamais peint. Je m’éclate. Je peins mes émotions, mes états. Peintures absolument abstraites. Les premiers jours, après m’être initié à ce genre de création, j’ai rêvé de couleurs, de mouvements, sans cesse, toutes les nuits, au point de me réveiller. Une de ces nuits là, à 2h du matin, les mouvements dans ma tête étaient si impressionnants que j’ai sursauté. Impossible de me rendormir. J’ai réfléchi à ce phénomène. Sont apparues les raisons pour laquelle j’avais envie de continuer à peindre : la recherche de la profondeur dans les mouvements, le travail de la couleur (maillage, superposition, harmonisation de teintes improbables), le travail des épaisseurs, la transposition et l’expression de la complexité et de la brutalité des émotions. Depuis, je peins, souvent, par petites touches.
Peindre excite l’envie d’écrire, voilà une autre trouvaille. A présent, l’un ne va pas sans l’autre. Etonnant.
La peinture me permet d’accéder à la liberté totale alors l’écrit devient plus exigeant, précis, poétique.
Je n’ai aucune prétention quant à mes peintures. Je les achève quand je sens qu’il n’y a plus rien à ajouter. Je les aime ainsi. Vraiment.

Voici donc ce travail de peinture. 3 toiles. Les photos ne permettent pas une fidélité ni dans le rendu des couleurs, des mouvements et des épaisseurs, ni dans la transmission des émotions. Tanpis !

Toile 1 80 par 80, sans titre, Frédéric Bargeon

Détail peinture 1

Toile 2, 1m sur 80, sans titre, Frédéric Bargeon

Détail, Toile 2

Toile 3, 1m su 1m50, sans titre, Frédéric Bargeon

Détail toile 3

Elles sont ouvertes aux critiques !

Frédéric

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s