Complicité aigre-douce


Les castrateurs arabes tremblent. Tunisie. Egypte. Libye. Syrie. Yémen. La liste est longue. La jeunesse vigoureuse, électrique, au bord de la crise de foi(e) vomit les abus gargantuesques de ces hommes cupides. Leur enrichissement personnel est proportionnel à la sécheresse des moyens mis à la disposition du peuple. Moins que des miettes balancées aux becs de pigeons déplumés, incurables. Sans complexe. En toute légitimité. Avec la bénédiction des pouvoirs occidentaux.

Aujourd’hui, les applaudissements fusent, les altercations sanguinaires sont réprimandées. Les voix amicales d’hier menacent les dictateurs en fuite ou en camisole dans leur palais-bunker. Soutiens tardifs à des populations épuisées. Selon les richesses intrinsèques des pays concernés. Les intérêts sont, eux, indestructibles. Faut pas perdre la boule. Les stratégies géopolitiques ne sont pas des animations du cirque Pinder. Le Yémen et ses villes-sables n’aiguisent guère des convoitises. Paraît qu’ils n’ont même pas d’eau. Et puis c’est truffé de terroristes en herbe. La Syrie, belle contrée,  charme l’oeil de ses vestiges à foison. Sa position géographique, ses mauvaises fréquentations ne motivent pas les instances internationales à s’inquiéter des répressions violentes. Le maintien du chaos serai-t-il un enjeu primordial ? Par contre en Libye, là, c’est Alice au pays des merveilles. L’or noir. A profusion. L’occasion rêvée de s’emparer d’un trésor inestimable. D’asseoir sa puissance. Et puis, tous ces conflits dynamisent l’économie. Les ventes d’armes pèsent lourd dans le PIB de nombreux pays occidentaux. A ne pas négliger. Certainement pas.

Pendant que nous regardons, avec ferveur ou ennui, le défilé d’images de guerre, un autre pays, immense, étrange, paradoxal, puissant jouit d’une impunité magique. La Chine. Le pays du soleil Levant. L’usine du monde. Le banquier de l’univers. Le nid des nouveaux milliardaires. Croissance à deux chiffres. Le droit d’expression y est dangereux. Revendiquer est un acte héroïque. La taule est au bout du couloir. La torture est un acte aussi courant, banal qu’un retrait bancaire. Pourtant, de nombreux chinois, ouvriers, étudiants, ces millions d’individus exclus des arcanes du pouvoir inébranlable manifestent.  Ils lorgnent les libertés acquises ou réclamées, ailleurs. Ils rêvent d’un confort mérité, d’une aisance de la parole, d’une liberté de pensées. Les esprits s’échauffent.

Ils fuient des provinces pauvres, rurales. Leur route s’arrête au coeur de villes nouvelles, probablement hideuses. L’usine a remplacé l’église. L’usine est l’église de la révolution industrielle à la sauce aigre-douce. Sueurs, fatigue, conditions de vie inhumaines. Les misérables de la consommation de masse. Maltraitance de millions d’ouvriers pour achalander les rayons des supermarchés du monde. Ouvriers bafoués, silhouettes d’hommes-charognes. Ils sont courageux d’avoir encore la force de manifester. La réponse des pouvoirs locaux est atomique. Les chars, les armes à feu. Le sang coule. La foule des âmes en peine, famélique semble bien précaire face aux moyens colossaux d’Hu Jintao.

Détermination à dégager toute liberté. Objectif atteint. Pour l’instant. Tant que le monde se prostituera. La maison clause de toutes les sauteries économiques attirent une clientèle internationale. Ces clients sont des Oncle Picsou. Faire fortune. Amasser. Fructifier. Même si des illustres ouvriers anonymes vivent comme des poules pondeuses en batteries. Tant qu’ils fabriquent des biens de consommation, l’argent circule, des millionnaires naissent. Et le salarié occidental achète des objets confectionnés dans la torture.

Tout le monde se tait, ferme les paupières. C’est pas moi. J’y peux rien. Et puis, ils sont bien loin tous ces chinois. Et puis, je peux pas faire autrement, je gagne pas assez. Et puis, c’est pas ma faute. Complicités mondiales.

Le mouton noir

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s